whOOpee! 2017, festival de la performance artistique


Festival whOOpee ! 2017

 Festival de la performance artistique

Des artistes de toutes disciplines se frotteront à ces petites formes. Les plasticiens y côtoieront d’autres familles d’artistes pour s’ouvrir vers une certaine modernité, un engagement sur l’émotion et la prise de risque. Durant une soirée, le festival whOOpee! 2017 transformera le Satellite Brindeau en une cour des miracles : nous verrons défiler des formes extraterrestres faisant fi de toute logique.

Tarif : 8€ / 6€ réduit

 

Le Cabaret Boucher – Safran Collectif (1h)

On peut rêver de gondoles-à-Venise, de printemps sur la Tamise et se rencontrer au Froc-Pinel, canton de Honguemare-Guénouville dans l’Eure. Elvire apprécie la langue. Serge, les rognons. De veau. Elle aime manger, il est boucher. Un seul regard échangé et leur cœur a fait boum. Elle devient bouchère sur le champ, tient la caisse, taille l’onglet ou la bavette, détaille la macreuse ou le gîte à la noix en chantonnant des airs d’opérette. Lui s’active au labo en sifflotant sous l’œil attendri de son commis muet. C’est la vie de cocagne au Froc-Pinel…

Un matin, pourtant, la boutique est vide. Seuls quelques clients chenus pointent leur nez. Les autres ? Tous chez Edouard. L, qui vient d’ouvrir en pleins champs à 3 km de là. On ferme la boucherie, mais que faire ? La reconversion n’est pas facile pour Elvire et Serge. Avec son indemnité de licenciement, servie par une dextérité hors du commun, le commis prend des cours de piano… Et les deux tourtereaux peaufinent un répertoire de chansons à textes pour ne pas sombrer dans la mélancolie. Depuis, ils arpentent la campagne, de Biville-la-Baignarde à Theuville-aux-Maillots, chantant la vache, le bœuf, la découpe…

Tour de chant acoustique agrémenté d’un jeu, d’une durée de une heure, pour une chanteuse-comédienne, Nathalie Grandet, un comédien-chanteur, Thomas Rollin, une pianiste, Isabelle Berteloot. Chansons de Brigitte Fontaine, Ricet Barrier, Boris Vian, Fred Pearly, Eric Charden, Jean-Yves Rivaud, Mireille….

 

Grand bien vous fasse – DUEX la horde (30 mn)

 

 

Sous contrôle – Arnaud Caquelard (20 mn)arnaud Caquelard

Alors on construit des murs, et puis on les habille, on les abîme, on s’engage à vérifier que tout tient bien en place. Enfin on crée des contrôles, on projette des histoires pour s’assurer que tout se sait, qu’on a assimilé. Et ça se propage comme une trainée de poudre, diluée mais profondément encrée…

 

 

White book in black box – Sylvie Joerger (30 mn)

 « Du langage ne transmet que de la pensée, mais pas de l’expérience. » Voilà le projet de Wit – White d’Herman de Vries qui est poussé ici un peu plus loin au travers d’une lecture de ce livre totalement blanc. Pour l’auteur le blanc est le lieu de tous les possibles, au delà des limitations du langage. La lecture ne suppose donc pas ici un déchiffrage de signes et la transmission d’un contenu, mais bien une prise de connaissance par le lecteur et les personnes présentes de l’expression du « blanc ». Au fil de la lecture et de son écoute, c’est à dire dans un « entre », l’esprit accueille la présence pleine des choses, afin de viser l’unité de la pensée et de la sensibilité.

 Performances des étudiants de l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Normandie

 

 

Scratch – DUEX la horde (20 mn)

En écho à un texte de François Zabaleta une démangeaison chorégraphique soude des corps et les soulage.

Un banc public, une lectrice à son pupitre, un texte biographique créent une première sphère d’intimité.

Trois sujets « nus » entrent tour à tour et prennent place, devenant objets « assis » immobiles : une deuxième dimension intime, inattendue, s’invite dans ce décor familier, réceptacle d’une étrangeté à laquelle la simple nudité des « assis » n’est pas étrangère. Sans doute. Peut-être…

Déjà égratigné par le propos de François Zabaleta, le confort du spectateur (devenu involontairement « voyeur » de l’intimité mentale de l’auteur) subit un nouvel accroc lorsque le tableau s’anime, d’abord imperceptiblement.

Au gré de l’exploration biographique de l’anorexie sexuelle décrite par l’auteur naît une démangeaison, individuelle puis collective, tendant vers la boulimie. Grattées, les peaux jouent pleinement alors leur rôle d’interface sociale comme de dernier rempart fragile de l’individu.

Ce n’est que lorsque le geste s’épuise, comme toute résistance qui cède, que le corps s’affranchit et que l’individu prend voix. Une libération ? Ou bien la création de nouvelles chaînes ?

 

From DUEX – Frédéric Tran (exposition)

L’exposition « From DUEX » (du 1er avril au 19 mai 2017) présente une galerie de portraits issus d’une performance créée par Jérôme Le Goff. Les créatures de l’ombre imaginées par l’artiste se retrouvent dans un studio photographique avant d’être épinglées dans une galerie qui révèle leurs identités sans pour autant lever le voile du mystère. Regards et parades, travestissements et provocations, Frédéric Tran propose une interprétation du travail du plasticien.

Laisser un commentaire