Le whOOpee! 2018 1


Le wOOpee!

festival de la performance artistique

 

Le festival de l’art-performance autour du vernissage de l’exposition de l’artiste tchèque Zuzana Kleinerová, avec des conférences et des performances de Sylvie Joerger, Zuzana Kleinerová, DUEX la horde, Rémi Ucheda, Mathieu Bohet, Sandrine Lehagre, les étudiants de l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Normandie…

 

 

 

Vendredi 6 avril à partir de 18h

Vernissage de l’exposition de Zuzana Kleinerová

Conversation sur l’art performance avec les artistes du festival

Projection de films-traces de performances, et du film réalisé à l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Normandie sur l’enseignement de la performance.

Samedi 7 avril de 18h à minuit

Performances des artistes suivants :

  • Mathieu Bohet et Sandrine Lehagre  » Attention attention »

Sandrine est diplômée des Beaux-arts de Rennes et d’un Master 2 Recherche en Lettres et Arts à Paris VII, elle vit et travaille à Paris et à Saint-Denis où elle occupe un atelier au 6B. Son travail emploie la photographie et l’écriture qui se rencontrent parfois dans des multiples physiques ou numériques ou lors de lectures-performées. Sa recherche poétique s’appuie sur la matérialité du langage aussi bien dans sa forme visuelle que sonore, outil d’un lyrisme surpris, dont le pneuma, incarné par le souffle, constitue l’épicentre de sa démarche. Le corps y est tout autant sujet d’interrogation que support et médium pour expérimenter les qualités du langage, dans ses signes et ses sons.

 Dès les années 2000, Mathieu débute une pratique des arts plastiques qui utilise le corps en tant qu’élément constitutif de ses œuvres. Après son DNSEP, en 2009 alors qu’il vit en Espagne, il rédige un projet final de master sur le thème de la performance en relation à l’idée de la métamorphose du récit et de l’image-mouvement. Il y aborde sa pratique de la performance en s’appuyant sur une réflexion théorique autour de ces trois concepts.  Ses actions peuvent avoir une envergure sociale et politique et s’appuient généralement d’éléments tirés de son quotidien. Certaines actions sont accompagnées d’une vidéo projection, qui lui permet d’établir un rapport entre l’image et l’action qu’il réalise en direct, et de jouer avec les limites de la fiction et du réel. Prédéterminer un acte qui ne suit pas le court des choses, écrire son avenir de façon inattendue, chambouler l’histoire, rendre invraisemblable le réel, voilà ce qui lui plait dans la performance. »

 http://mathieubohet.wix.com/performances

 En 2015, Sandrine et Mathieu entament une collaboration et proposent des lectures performées. Ils inventent un monde imaginaire, une succession d’événements que chacun leur tour ils décident de faire apparaître grâce à l’action, au langage et à l’imagination. L’un débute une action ou une lecture afin d’inviter l’autre à le rejoindre  et à prolonger l’action dans son espace imaginaire. La parole est performative, c’est elle qui fait naître les choses. Ils s’accordent et se désaccordent dans un va et vient, un tour ensemble le suivant séparément. Ils parlent, se parlent, entre eux ou à eux-mêmes parfois dans les chevauchements, ou dans une langue qui ne cherche pas de traducteurs,

 ATTENTION ATTENTION

ah l’attention,
la première base!!
le premier souffle avant de faire!!

un bouche à bouche de sons, de sens,
d’absence aussi pour laisser taire quand l’autre parle

 d’autre fois dans l’écoute des mots de l’autre,
ou encore cultivant un silence ponctuel, terreau de toute parole,

 à un autre moment, ce sera l’action qui produira le son
le corps d’où émergera le sens,

bien entendu,
il y aura toutes sortes de mal entendus,
pour évoquer cette bonne entente
qu’on disait d’eux :

 « ils se sont toujours bien entendus »

  • Rémi Uchéda « Parallèle »

  • Aubierge Tran Quan et Mary Berkelmans, « La Bête »

  • Zuzana Kleinerová
  • Sylvie Joerger « F (BUREAU) = [ (pas) – (pas perdus) ] »
    Espace de transition entre le monde extérieur et
    l’espace du Satellite, où le corps bute dans le présent
    et l’esprit est orienté vers l’avenir ; un territoire qui
    prend forme à travers le recensement vain des pas
    (pas) perdus. Un non lieu, qui en devient un à travers
    l’existence d’un contrôleur en charge de ce bureau
    pour un temps au mode du subjonctif.

  • DUEX la horde « B.A. BA »
  • Le contremaître et sa contremaîtresse « En tout bien tout honneur »

  • Performances des étudiants de l’ENSAN
  • Performances issues du stage d’art performance qui aura lieu le week-end du 31 mars et 1er avril.

Tarifs : 8€ / 6€ réduit

 

Les éditions précédentes…


Laisser un commentaire

Commentaire sur “Le whOOpee! 2018