[Archives] Le Banc


Le Banc

Le Banc est une création du collectif de La Manicle théâtre.

D’abord, il y a eu cette expérience unique où durant une année entière, les artistes ont rencontré les personnes âgées des six centres hospitaliers du Havre : Rouelles, Calmette, Sanvic, Soret, Pasteur et Guillaume Le Conquérant.

En a résulté une très riche collection d’histoires de vie sous forme de vidéos, chansons, photographies, qui a abouti à la production d’un spectacle unique : « Mémoires en Actes », présenté sur la scène du Petit Théâtre du Havre en septembre 2003 et réunissant acteurs professionnels et personnes âgées sur le plateau.

Le potentiel énorme de ces témoignages, la richesse des échanges et des émotions vécues par les artistes ont imposé naturellement à l’équipe le besoin de prolonger et de traduire cette expérience vécue, au travers de leur création de l’année 2004.

Les histoires, chansons et images ainsi récoltées auprès des personnes âgées ont alors été confiées à trois auteurs : Chacun a écrit un texte de théâtre ayant comme point de départ ces documents et témoignages, avec comme unique contrainte d’écriture la thématique du « banc ». 

Le spectacle…

Le Banc a été réalisé à partir de ces trois textes :

« Un Temps pour Toi » de Delphine Lanson

Dans le jardin des soupirs rôdent les fantômes d’Antoine et de Karine. Séparés par la guerre, ils ne se dirent jamais leur amour. Aujourd’hui, Le Jardin des Soupirs n’est plus qu’unlieu de passage. Charlotte et Louis Jean y passent tous les jours sans se remarquer. Nos deux âmes y verront soudain l’opportunité de vivre leur amour en chair et en os, sous l’œil discret d’une jeune fille….

« Le Square des Orphelins » d’Eric Ardouin

Le Banc est en colère. Un homme a donné un même rendez-vous à deux femmes, mais n’y paraîtra pas. Clara et Ludivine seront ridicules…. Ah! Si le Banc pouvait tout nous dire ! Car il en a vu des choses ; il connaît même un secret qui pourrait nous asseoir tous. Le seul à le partager, c’est le Gardien du square. Mais il est muet, ou il ne parle qu’au Banc, ce qui revient au même… Et cette femme au ciré, qui est-elle ?

« Le Radoub » de Jean-François Toulorge

Annie et Paul tiennent un café-hôtel sur le port du Havre. Les affaires ne marchent pas fort et le couple ne s’entend plus. Arrive Micham, un peintre qui fuit l’oppression régnant dans son pays. Il s’installe chez Annie et Paul, monnayant sa présence par quelques travaux et faisant montre de son talent. Paul est bientôt gagné par la jalousie, alors qu’Annie est charmée par une présence qui entrouvre, pour elle, un univers différent de son quotidien…

Les trois textes ont été mis en scène en utilisant les différentes disciplines que maîtrisent les artistes du collectif: la danse, le théâtre, l’art vidéo, la musique électroacoustique … L’exploit est que tous ces artistes en sont également les acteurs .

Il en résulte une forme très originale de spectacle, réalisé autour d’un même thème : une simple histoire d’amour, mais dans trois traitements radicalement différents : un long poème lyrique, une comédie à la Jacques Demy et une pièce à la Durringer…

La scénographie…

Des écrans amovibles évoluent dans l’espace au cours des trois pièces, et permettent des projections d’images d’art vidéo. Un banc – tantôt « acteur » de la pièce, tantôt accessoire – est l’unique élément de décors.

L’environnement…

Autour du spectacle, pour en rappeler la genèse, l’environnement se caractérise par une diffusion de bandes sonores, de films vidéo et de photos qui, tout au long du parcours les menant à la salle, présentent aux spectateurs des témoignages des personnes âgées.

Mise en scène : Pat Uttley, Georges Vérin

Chorégraphie : Claire Croizé Claire Croizé

Direction musicale :Tania Zolty Jérôme Le Goff

Scénographie : Georges Verin Pat Uttley

Costumes : Salina Dumay Georges Vérin

Régie : Léonard Coeffic Tania Zolty

Création vidéo : Jérôme Le Goff

Musique : Nicolas Vérin

Presse…

– Le Havre Presse, le 24 novembre 2004 – On en a parlé…

« C’est au fil de la mémoire de plus de 200 personnes âgées interviewées dans six résidences havraises que s’est construite l’histoire du Banc. Une nouvelle création de la Manicle alliant théâtre, art vidéo, sans oublier un travail de recherche sur le geste minimum, qui sera présentée toute cette semaine dans les locaux du collectif.

Quant aux textes, il s’agit d’une synergie entre la richesse de souvenirs collectés dans le cadre du projet « Mémoires en actes » mené avec le groupe hospitalier du Havre et l’écriture contemporaine à laquelle les auteurs Eric Ardouin, Delphine Lanson et Jean-François Toulorge se sont attelés pour construire trois histoires, se basant sur cette fructueuse moisson d’histoires de vie, comme s’en explique Georges Vérin, metteur en scène : « Ces trois parties donnent tout à la fois dans le poétique, la dérision et le polar en y intégrant des histoires d’amour se mêlant à l’histoire mythique du Havre. Je pense au jardin des soupirs qui était situé près de la rue Félix- Faure… »

Et même si pour les besoins de ce spectacle, les fantômes hantent encore les lieux, les émotions oscillent avec finesse entre nostalgie et actualité. Un pari aussi pour le théâtre havrais qui, sur le plan de la scénographie, a tenu à mettre en évidence une fois de plus la symbiose entre théâtre et art vidéo en y adjoignant aussi la touche de la chorégraphe Claire Croizé.

Laisser un commentaire